jeudi 14 décembre 2017

Post n°63: Où sont les youtubeuses passées?

The Avengers Cast 2010 Comic-Con cropped

Le casting d'Avengers, métaphore du YouTube français

Dernièrement, Léo Grasset, qui s'occupe de la chaîne YouTube DirtyBiology a posté un tweet se désespérant du manque de chaînes pro tenues par des femmes sur YouTube, et cherchait un moyen pour qu'il y en ait plus.

Je pense qu'avant de se poser la question de comment faire pour qu'il y en ait plus, on peut déjà se demander si 1. il y a effectivement plus de chaînes d'hommes que de femme, et 2. Si c'est le cas, pourquoi ?
Pour répondre à la question 1., il n'est pas certain qu'il y ait moins de filles que de garçons sur YouTube : si dans des catégories comme l'humour ou les jeux vidéos, les hommes sont majoritaires, cela est compensé par le fait qu'il y a des catégories où les femmes sont en quasi monopole (notamment le maquillage ou le lifestyle).
Dans la vulgarisation, nous avons surtout des chaînes d'hommes. À titre d'exemple, sur mes abonnements de vulga, j'ai 30 garçons, 10 filles et 2 mixtes. En gros les trois quarts de mes abonnements c'est des garçons, (et pourtant, je suis très sensible aux questions d 'égalité des genres.)
Bien sûr, il est possible que les chaînes de garçons soient globalement plus mises en avant que les chaînes de filles, ce qui pourrait expliquer qu'on a l'impression que celles des garçons sont plutôt majoritaires. Mais je ne le crois pas. Si on regarde sur le forum de la vidéothèque d'Alexandrie, qui est un forum consacré à la vulgarisation dans lesquels les youtubeur-euse-s peuvent présenter leur propre chaîne (les garçons ne sont donc pas plus avantagés que les filles puisque chacun-e, qui qu'il soit, peut y présenter sa chaine), on s'aperçoit que la majorité des chaînes sont tenues par des garçons.

On peut donc se demander pourquoi, dans certaines disciplines comme la vulgarisation, nous avons surtout des chaînes tenues par des hommes (à vue de nez 3/4 des chaines), alors que dans d'autres disciplines comme le lifestyye ou le booktube, ce sont surtout des femmes...

Pour répondre à cette question, je vais commencer par m'occuper  uniquement de la vulgarisation : globalement, deux explications sont avancées pour expliquer le nombre moindre de chaines tenues par des femmes: la violence et le manque de légitimité.

La violence

Sur la violence, Ginger Force, youtubeuse qui parle surtout de littérature, a fait un thread
 

En gros elle explique que quand vous êtes youtubeuse, vous vous en prenez plein la figure. Déjà, si vous présentez votre visage, en tant que fille, vous allez avoir bien plus de commentaires sur votre apparence que si vous étiez un garçon. Ça peut aller du simple commentaire sur la tenue, à des commentaires beaucoup plus violents et sexistes. Ainsi dans un commentaire sous une vidéo d' Enfants de L'est, chaîne tenue par Macha et qui fait de la vulgarisation sur la Russie, nous avons:

épouse moi

ton front il est énorme

« trop bien une nouvelle vidéo » sort sa bite  [bon ce dernier a été effacé]

 

Plus que l’apparence, c'est aussi la question de la légitimité qui est régulièrement mise en cause. Ainsi, Ginger Force explique qu'une fois, elle s'est trompé sur la prononciation de ghibli. Erreur anodine en soi, non ? Pourtant, elle s'est pris des centaines de commentaires sur YouTube, sur Tweeter, et même des MP critiquant sa prononciation. Alors que, d'après elle, quand un homme se trompe bon, c'est pas grave on laisse tomber. En fait, ce qu'elle dit c'est que quand vous êtes une femme et que vous vous trompez, vous allez être bien plus critiquée qu'un homme. Alors, bien sûr, je n'ai pas la preuve que ce qu'elle dit est vrai (même si je le pense), mais à la limite, cela n'a pas grande importance : si les filles ont cette impression, ça peut expliquer pourquoi elles sont moins enclines à faire des chaînes YouTube !

 

La légitimité

     Une éducation

     La question de la légitimité a aussi été évoquée dans les commentaires du tweet de Léo : certaines ont évoqué le fait qu'elles avaient du mal à se sentir légitime pour faire de la vulgarisation : elles pensent notamment qu'elles n'en savent pas assez.
Pour moi, cela n'a rien de surprenant étant donné qu'on n'éduque pas les filles à prendre des risques, à se sentir sûre d'elle et à s'imposer dans les débats publics.
Je vais citer trois études sur le sujet pour illustrer ce que je viens de dire :
Une première étude consistait à prendre des bébés seuls puis avec leur mère. (je n'ai malheureusement pas trouvé la source, mais c'est cité dans l'ouvrage de Lise Eliot: Cerveau bleu, cerveau rose)
Dans un premier temps, en l'absence de leur mère, on met les bébés devant des plans qu'on peut incliner de manière plus ou moins prononcée et on regarde à partir de quel pourcentage de pente les bébés essaient de descendre ce plan.  Les filles et les garçons essaient globalement de descendre avec le même pourcentage de dénivelé (autour de 10 %)
Puis on fait rentrer les mamans et ont leur dit d'incliner le plan en fonction de ce qu'elles estiment leur enfant capable de descendre.
Que voit-on ? Les mamans ont tendance à incliner le plan avec un plus faible dénivelé pour les filles que pour les garçons, rendant l'opération plus simple pour les filles. En d'autres termes elles pensent inconsciemment que les filles sont moins capables que les garçons dans une épreuve physique.
Cette étude permet d'illustrer de manière assez claire que les mamans ont tendance à moins faire confiance aux filles quand il s'agit de prendre des risques physiques et que, ce faisant, elles vont moins inciter les filles à prendre des risques !

Deuxième étude, cette fois dans l'interaction à l'école des professeurs avec leurs élèves
Les méta-analyses récentes concluent plutôt que les enseignant-e-s auraient en moyenne 44% des interactions avec les filles et 56% avec les garçons. Ils interrogent [les garçons] plus souvent et plus longtemps, répondent plus à leurs interventions spontanées, leur donnent des consignes plus complexes, quand ils sont en position scolaire haute, les gratifient de plus d’encouragements et aussi de plus de critiques (Mosconi, 2001). (source ici )
On voit donc ici que les professeurs s’intéressent plus aux garçons qu'aux filles et essaient davantage de stimuler leur intelligence (d’ailleurs en faisant mes recherches, je me suis aperçu d'une étude américaine qui dit que dès 6 ans, les filles associent l’intelligence à quelque chose de masculin). Notez que cela n'est pas volontaire : les professeurs ne le font pas exprès, et si vous leur demandez, ils diront qu'ils ne font pas de différence de traitement entre les garçons et les filles, mais les résultats sont là. Du coup, ce qu'on fait, c'est qu'inconsciemment on apprend aux enfants que le domaine intellectuel est davantage fait pour les garçons que pour les filles !

Enfin dernière étude présentée par la géographe Edith Maruéjouls  : on s'est aperçu que bien souvent, dans les écoles, le centre de la cour de récré est occupé par un terrain de football. Or dans les écoles, ce sont essentiellement les garçons qui jouent au football. Dès lors que se passe-t-il ? Eh bien le centre de la cour est occupé par des garçons, et les autres enfants, dont les filles, sont rejetés vers les côtés. Du coup, les garçons se retrouvent à davantage occuper l'espace que les filles qui, elles, apprennent très tôt à leur laisser de la place (alors vous me direz, elles pourraient investir le terrain de football, certes, mais outre que si elles investissent le terrain pour autre chose que du football, elles risquent de se voir rappeler à l'ordre et par les garçons et par les insituteur-rice-s, si elles se mettent d'elles-même à jouer au football, elles risquent de devoir lutter contre les protestations et les moqueries de leur petits camarades qui ne jugent pas les filles légitimes pour jouer au football). Encore une fois qu'est ce ça apprend aux enfants ? Tout simplement que les filles doivent laisser de la place aux garçons

Pour résumer ces trois études on peut dire que très tôt, on fait plus confiance aux garçons pour les travaux physiques et intellectuels (études 1 et 2), qu’on leur laisse occuper l'espace plus facilement que les filles (étude 3) et que, du moins à l'école, on les met plus facilement au centre de l’attention intellectuelle (étude 2).
Ainsi, sans vraiment le vouloir (la plupart de ces choses sont inconscientes) on apprend aux filles à laisser de la place aux garçons, qui sont souvent aux centres des attentions et de l'espace. Du coup, on comprend que pour une fille, qui a été socialisée de cette façon, il est plus difficile de faire l'acte narcissique qui consiste à prendre de la place sur le réseau (car oui, montrer sa face à la surface du monde, c'est, à mes yeux, un acte narcissique et ça demande une certaine confiance en soi)
Pire, je pense que l'exemple du rapport professeur élève et des plans inclinés montre que, globalement, on a tendance à moins solliciter les filles dans tout ce qui relève du physique et de l'intelligence. On peut dès lors comprendre qu'elles se sentent moins légitimes à aborder certains sujets considérés comme plus intellectuels ou plus physiques que d'autres. (Au passage les hommes ne se sentent pas forcément très légitimes dans ce qu'ils font, mais les filles se sentent globalement encore moins légitimes qu'eux),

     

     Des modèles

     À cela on peut ajouter que, globalement, les filles manquent de modèles de femmes fortes auxquelles elles peuvent s'identifier, et qui leur permettrait de se sentir légitime. Plus exactement si elles ont des modèles de femmes qui se distinguent grâce à leurs qualités sportives ou intellectuelles, leur nombre reste faible par rapport aux modèles de femmes qui s’effacent derrière les hommes. En effet : s'il existe des héroïnes, quel est leur proportion par rapport aux femmes passives dans les histoires ? Pour une princesse qui sauve un prince, combien de princesses attendent qu'un prince vienne les délivrer ?
De même, essayez de me citer  trois écrivaines du XIXème siècle ,trois femmes scientifiques  et trois femmes philosophes (pour les philosophe et les scientifiques vous pouvez prendre n'importe quelle période)  ? C'est dur hein ? Essayez avec les hommes maintenant.
(allez je vous donne ma liste
Scientifiques : Ada Lovelace, Marie Curie, Mme du Chatelet
Philosophes : Simone de Beauvoir, Élisabeth de Bohème, Hypatie d'Alexandrie
Ecrivaines du XIXem : George Sand, La comtesse de Ségur, Marie d'Agoult )


Du coup on a deux problèmes : les filles ont une plus grande impression d'illégitimité soit intellectuelle soit dans le fait d'occuper l'espace médiatique et elles ont un risque accru lorsqu'elles font des vidéos YouTube. CQFD

 

Les filles sont pourtant majoritaires dans certains domaines

Mais alors me demandez-vous on pourrait s'attendre à ce que les hommes soient majoritaires partour sur YT, or on voit bien qu'il y a des catégories très féminines ? (voir les données dans cet article )

Peut-être parce qu’il y a des endroits où on leur a appris qu'elles étaient plus légitimes que les garçons. Quels sont ces domaines ?
Maquillage, maison, enfant etc : le grand classique de la femme reine du foyer  
Littérature. Mais attention pas n'importe quelle littérature, pas la vulgarisation ou l'analyse littéraire (là il y a une majorité de garçons) : non, elles sont majoritaires dans la critique littéraire (communément appelé booktubing), c’est-à-dire lorsqu'il s'agit d'exprimer son ressenti par rapport aux livres (je schématise un peu, le booktubing est en fait plus complexe que ça). Or tout ce qui concerne l'expression du ressenti ou des émotions, ce sont des choses qu'on associe plus volontiers à la sphère féminine que masculine. Les filles se sentiraient donc plus légitimes pour parler de leur ressenti que les garçons. Cela se vérifie même au-delà de la littérature : un exemple frappant présenté ici concerne les tests d'Iphone : lorsqu'un garçon présente l'Iphone, il va plutôt s’intéresser aux domaines techniques alors que les filles vont plutôt exprimer leurs émotions (le fameux : il est trop beau!)

Par ailleurs, ces chaînes sont aussi en majorité consultée par des filles, elles risquent donc moins de commentaire condescendants ou sexistes (même si ça arrive quand ce sont des chaînes très populaires comme celle d'EnjoyPhoenix)


Voilà donc ce qui me paraissait important de rappeler pour expliquer le manque de chaine de vulgarisation tenues par des femmes (c’est-à-dire, je me répète : un risque accru et un manque de légitimité due à une éducation et à une absence de modèles). Comment remédier à ça ?
Outre qu'il faudrait changer la société patriarcale de manière à ce que les filles se sentent autant poussées que les garçons  à entreprendre ce genre de choses, ce qui risque de prendre pas mal de temps ; ce qu'on peut faire à notre échelle, c'est
1. rentrer dans le lard de tous ceux qui font des commentaires déplacés
2. essayer de soutenir les créatrices qui font des vidéos de vulgarisation en partageant leurs travaux et en leur disant quand on aime ce qu'elles font, ainsi nous aiderons à créer des modèles de youtubeuses qui aideront d'autres à se sentir plus légitimes pour se lancer dans l'aventure.

 

Sources

Outre les liens insérés dans le corps du texte, vous pouvez consulter cet article sur les stérétoypes de genre sur youtube et cet article sur l'éducation genrée des enfants.

jeudi 19 octobre 2017

Post n°62 Mea culpa

balance_ton_porc.jpeg

balance_ton_porc.jpeg

Lire la suite

samedi 13 mai 2017

Post n°61 Télé et culture du viol

https://c1.staticflickr.com/9/8190/8084823206_c0a7bdc716_b.jpg

Lire la suite

mardi 14 mars 2017

FRH 8 Hono'ura

Eh voici un nouvel épisode de Fiamoa Raconte des Histoires. Je parle cette fois de la légende de Hono'ura, qui est un géant à Tahiti. Une histoire que j'ai eu bcp de mal à travailler parceque bon, niveau source li y en a pas tellement et elles sont souvent difficiles à comprendre (notamment

Lire la suite

mercredi 8 mars 2017

Post n°60 Journée internationale des droits des femmes

Où Elle cherche à savoir quel nom on doit donner à la journée du 8 mars

https://s14-eu5.ixquick.com/cgi-bin/serveimage?url=http:%2F%2F2.bp.blogspot.com%2F-gdtxf2pX1rk%2FUTm3JBFtqrI%2FAAAAAAAAAU0%2FyB4X_SN2il0%2Fs1600%2Fjourn%25C3%25A9%2Bde%2Bla%2Bfemme%2Bbatman.jpg&sp=82461582589ecb4e64b13762f608383e

Lire la suite

mardi 27 décembre 2016

FRH 6 Petit point sur la fin de la royauté

Et voici un nouvel épisode de FRH et qui parle de la chute de la royauté romaine, vers 509 av JC.   Bon, cette historie est plus que légendaire et si les romains avaient effectivement un roi autrefois, on ignore comment la royauté a été mise à bas. Puisqu'elle est légendaire, je pense qu'elle a

Lire la suite

lundi 26 décembre 2016

Post n°59 Princess Disney2

Où Fiamoa essaie de trouver les différences entre les princesses des années 90 et celles des années 10

Lire la suite

jeudi 22 décembre 2016

Post n°58 Princess Disney

princesses_disney.jpg

Où Fiamoa refait des trucs de féministe en s'attaquant aux princesses Disney

princesses_disney.jpg

Lire la suite

mardi 6 décembre 2016

FRH 5 Petit point sur Maui

Où Fiamoa revient sur sa dernière  vidéo

Lire la suite

jeudi 17 novembre 2016

Post n°57 11 septembre

tours.jpg

Où Fiamoa raconte comment c'était le 11 septembre 2001

Lire la suite

mardi 8 novembre 2016

Quelques nouvelles

Quelques annonces, avant un vrai post

Lire la suite

mardi 1 novembre 2016

FRH 4 Cuchulainn partie 3: guerre 1/2

Nouvel épisode de Fiamoa raconte des histoires

Lire la suite

jeudi 20 octobre 2016

Post n°56 Le monde ou rien

blabla_femmemontagne.jpg

Où Fiamoa a un petit coup de mou

Lire la suite

jeudi 29 septembre 2016

Post n°55 Ranma 1/2 Moitié soleil et moité pluie

Où Fiamoa fait des gender studies sur un vieux manga des années 80/90

Lire la suite

mercredi 7 septembre 2016

Post n°54 Je suis son père

souliers.jpg

Où Fiamoa parle de l'événement le plus important de sa vie

Lire la suite

vendredi 2 septembre 2016

Post n°53 Bref, j'ai fait une série

Où Fiamoa parle de sa nouvelle série vidéo: Fiamoa Raconte des Histoires

Lire la suite

mardi 26 juillet 2016

Post n°52 I'm a survivor

IMG_0109.JPG

Où Fiamoa raconte comment il s'est retrouvé à crever la dalle juste pour rire

Lire la suite

mardi 19 juillet 2016

Post n°51 Chui pas encore mort!

Cecil_Howard_-_Knockout_1935.jpg

Où Fiamoa raconte comment il a perdu une bataille...

Lire la suite

samedi 16 juillet 2016

Post n°50 La galère des stats

Où Fiamoa essaie de voir s'il y a un problème au niveau des personnes d'origine maghrébines selectionnées en équipe de France

Lire la suite

jeudi 5 mai 2016

Post n°49 Internet et majuscules

Récemment, j’ai lu un article sur le site BigBrowser du Monde qui parlait d’une question essentielle qui agitait l'agence Associated Press, L'Autre : C'est qui ceux là ? Ba c'est plus ou moins une coopérative de journaliste anglosaxon. Elle est sutout connu pour son stylebook, qui est peu ou prou

Lire la suite

- page 1 de 4

Haut de page