Post n°28 Je suis ton père!!

Où l'on s'aperçoit que l'Autre a un éclair de génie, que Fiamoa fait de la mastrubation intellectuelle et que Elle est pas loin d'avoir le mot de la fin et où l'on n'apprend pas qu'Albertine ne leur laisse pas le choix

http://dreager1.files.wordpress.com/2012/06/naruto_vs_harry_by_sashun08-d3kpuul.jpg

Simba: Tu connaissais mon père ?
Rafiki: Correction : je connais ton père.
Simba: Je n' voudrais pas t' contredire mais il est mort ily a bien longtemps...
Rafiki: Non, deuxième erreur ! Il est vivant ! Et je vais te le prouver... suis le vieux Rafiki, il connait le chemin ! Viens !

Ah le Roi Lion, que de souvenirs... Pour moi l'un des tous meilleurs Disney, avec Alladin, la Belle et la Bête et Rox et Rouky

L'Autre: Rox et Rouky? T'es sérieux!

Non je déconne.

Elle: C'est marrant parce que, mis à part le formidable Rox et Rouky, tous ces films sont sortis à peu prêt à la même époque, si je ne me trompe ?

Exact :  ces trois films sont sortis au début des années 90, c’est-à-dire entre mes 5 et 10 ans

L'Autre: comme par hasard...

Comme tu dis, mais bon, peu importe c'est pas de ça que je veux vous parler maintenant

L'Autre : super, j'avais peur que tu nous refasses un coup de nostalgie à la con comme tu le fais en ce moment, c'est d'un relou.

Elle : Il fait pas de coup de nostalgie !

L'Autre : Non parce que sur son blog il sait se tenir, mais moi qui vit avec lui, je peux t'assurer que ça commence à me les courir... Bon et donc de quoi tu veux nous parler là ?

De la figure du père dans le récit initiatique!

L'Autre: Ouais aucun rapport quoi...

Mais si, parce que le Roi Lion est un récit initiatique

L'Autre : Ah bon ?

Ouais, en fait le récit initiatique, c'est un récit qui raconte les exploits d'une jeune personne, généralement un garçon, allez savoir pourquoi, et de son passage difficile à l'age adulte. Généralement ce dur passage à l'age adulte est symbolisé par un pouvoir à acquérir (la Force dans Star Wars, la magie dans Harry Potter etc.) ou une mission à accomplir (devenir Hokage dans Naruto, seigneur des pirates dans One Piece etc).

L'Autre: euh, tu peux faire un point sur ces œuvres ?

Oui bien sur, je vais commencer par citer les œuvres de mon corpus. Alors il s'agit d'un corpus assez disparate avec néanmoins la particularité de faire partie du canevas de la culture geek en France. Nous avons donc, pour la culture américaine : Star Wars et le personnage de Luke (episode 4 5 6) le Roi Lion et le personnage de Simba, pour l'Europe Harry Potter et le personnage éponyme, et pour le japon Naruto, One Piece et le personnage de Luffy, DragonBall avec le personnage de Goku et puis j'aurais aimé parler de l'Attaque des Titans et le personnage d'Eren, mais Rihanna est en train de le regarder et je crains qu'elle me morde si je lui fais du spoil.

Rihanna : Better slow down 'fore I make you crash, boy
Got what you want, baby, got what you need
But we can't proceed unless you got that for me

Elle : Qu'est ce qu'elle dit ?

Euh, mieux vaut pas savoir...

L'Autre: Mhm c'est assez déséquilibré ton corpus quand même, le Japon et sur-représenté alors que l'Europe, y a qu'une œuvre, et encore, elle est anglo-saxonne. Où sont les Français, les Allemands, les Polonais?

Ba le problème c'est que j'ai pas d’œuvres geek qui me viennent, je peux rajouter le Seigneur des Anneaux pour la culture geek mais entre nous, je préfère me limiter dans le temps. Je prend donc encore que les œuvres de la culture geek post Star Wars. On notera que j'inclus les shonen dans la culture geek française, je l'assume totalement !

Elle: Et donc ton but, c'est regarder s'il y à des points communs dans ces œuvres en ce qui concerne la figure paternelle ?

Ouaip

L'Autre: Et il y en a ?

Ouaip

L'Autre: c’est-à-dire ?

Et bien dans toutes ces œuvres, c'est à chaque fois la même chose pour le papa: il est pas la. Ou bien il est mort (Naruto, Harry Potter, le Roi Lion et dans une certaine mesure Star Wars), ou bien il fait sa vie et le héros ne le connaît pas (One Piece, Star Wars) ou alors on sait pas trop qui c'est (Dragon Ball). Dans aucune de ces œuvre le père n'est présent pendant l'adolescence. Éventuellement, le fils a pu le connaître dans son enfance (le Roi Lion, l'Attaque des Titans), mais il n'est jamais présent pendant l'adolescence. Autre point, il s'agit généralement de quelqu'un de très puissant que ce soit en puissance brute (Star Wars, Naruto, One Piece, Dragon Ball) ou de part sa position (un roi dans le Roi Lion) ou s'il n'est pas très puissant il a au moins de grandes qualités (comme le père de Harry Potter avec le Quiddich)

L'Autre: Et donc?

Ba je sais pas, c'est chelou comme coïncidence.

L'Autre: Ba je vois pas trop où est le problème. Si le récit initiatique parle de construction, alors d'un point de vue narratif, c'est plus intéressant que le héros n'ai pas de père pour le guider (bon en fait c'est plus complexe que ça, parce que même s'il y a pas de père, il y a toujours une figure paternel dans le tas), cela lui permet de faire des erreurs et d'apprendre de ses erreurs. Cela lui permet aussi de construire lui-même son identité en choisissant les personnes qui vont l'influencer, c’est-à-dire ses amis ou d'autres figures paternelles qu'il aura choisies. En ce sens, que le père n'est pas là ça symbolise l'adolescence, c’est-à-dire l'époque où on doit construire sa vie, avec les dangers que cela représente.

Elle: euh, y à pas un problème la?

Lequel?

Elle : Ba comment ça se fait que c'est l'autre abruti qui à cette idée et pas toi

L'Autre: tu sais ce qui te dis l'autre abruti?

Héhé, parfois je n'ai pas réponse à tout. Mais dis-moi l'Autre, ce que tu dis est bien expliqué lorsque le père meure au début de l'adolescence du héros comme dans le Roi Lion. Mais comment on fait lorsque le père est mort avant même la naissance du héros comme c'est le cas dans les autres histoires ?
L'Autre: Mhm ba déjà on peut se demander pourquoi leur aventure commence au début de l'adolescence... Qu'est ce qu'ils faisaient dans leur enfance ?
Ba Naruto avait pas d'amis, Harry Potter vivait chez l'oncle Vernon. Mhm, Goku vivait seul dans la forêt, Luffy était coincé sur son île, Luke, bon c'était déjà un jeune homme, vivait chez son oncle sur Tatouine...

L'Autre: bon en gros ils faisaient rien...

Oui

L'Autre: ils subissaient la vie?

Oui

L'Autre: Et cette vie, ils l'ont choisie ?

Non...

L'Autre: Ba voilà. Ça parle du fait de choisir sa vie. L'avantage si les parents sont morts depuis longtemps, c'est que pour construire sa vie, le héros n'a pas besoin de rentrer en conflit avec son père, puisqu'il est mort. Là, on n'est plus vraiment dans la métaphore (encore que), mais plutôt dans le côté propre sur lui du héros, qui reste respectueux de ses parents. Et puis, dans les deux cas, ça permet de donner de la valeur au héros, qui réussit sans l'aide de sa famille, mais uniquement parce qu’il a réussi à construire sa vie et à s'entourer des bonnes personnes...

Je vois, ça se tient. Le problème c'est que souvent le père est lui-même puissant, du coup le côté je me construis tout seul prend un peu du plomb dans l'aile. C'est plutôt, je me construis tout seul mais j'ai la fortune de mon pauvre père décédé derrière...

L'Autre: oh ça va hein, j'ai déjà expliqué pourquoi ce sont des orphelins, je vais pas non plus te faire tout ton boulot !

Elle: ah trop tard Fiamoa tu as usé de son quart d'heure de folie, maintenant je crains que tu ne sois livré à toi-même

Putain. Bon, c'est pas si grave, j'avais moi-même une idée...

Elle: ah?

Eh bien ça permet de justifier le grand pouvoir du héros, ou plutôt que c'est le héros qui accompli les exploits et pas un autre orphelin. C'est particulièrement criant dans Naruto. Mais aussi dans Dragon Ball: si Goku est aussi puissant, c'est surtout parce que son père (et sa mère) sont des extra terrestres. Ce qui est intéressant d'ailleurs, c'est que souvent le héros accompli ce que son père n'a pas réussi. Le père de Goku voulait tuer Freezer, il a échoué, c'est Goku qui y est arrivé. Anakin devait devenir un bon jedi, c'est Luke qui l'a fait, etc...

Elle : Donc en fait si le héros est puissant, c'est pas parce qu’il est livré à lui-même, mais parce que c'est le fils de son père. Le fait d'être livré à soi-même apporte juste un petit supplément d'âme ou de puissance qui permet au héros d'accomplir ce que son père n'a pas réussi à faire !

Voilà !

Elle : Mais finalement si le héros est livré à lui-même, on pourrait le croire libre, mais c'est faux, en fait il doit finir le travail du paternel !

En fait, le héros n'est pas libre dans ce qu'il doit accomplir, donc contrairement à ce que disais l'Autre, ça ne parle pas de choisir sa vie. Là où le héros est libre en revanche, c'est dans le choix des personnes qui vont l'aider. Finalement le récit initiatique ne parle que d'une chose : trouver un moyen d'être celui que l'on est, c’est-à-dire le fils de son père (i.e. celui qui poursuit/achève l’œuvre du père). Et cela est d'autant plus intéressant à traiter, que le héros n'a pas de père pour lui dire quoi faire. Ce moyen s'acquiert alors en choisissant le bon entourage !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/33

Haut de page