Post n°31 Raconte moi une histoire 2

Où Fiamoa continue de parler de ses histoires, où l'on apprend un peu plus sur son roman et sur d'autres projets un peu... bizarre, et où l'on n' apprend pas que les Territoires du Nord sont infestés de Golems

1024px-Antonio_de_Pereda_-_El_sueno_del_caballero_-_Google_Art_Project.jpg

Antonio de Pereda - El sueño del caballero - 1650

Elle: Et donc cette histoire inspirée de Star Wars, tu y penses encore ?

Non, non, j'avais commencé à écrire le synopsis et un story-board, mais très vite je me suis rendu compte que l'histoire manquait d'originalité et de ressort dramatique.

Elle: ah? Pourtant j'aurais pensé qu'un gamin qui découvre qui est son père biologique et qui décide de suivre ce dernier dans son combat contre son propre père biologique, ça peut avoir de la gueule...

Maintenant que tu le dis, c'est pas faux... Peut-être qu'à l'époque, je maîtrisais pas encore assez mon écriture pour pouvoir en faire quelque chose...

Elle: Qu'entends-tu par « maîtriser ton écriture » ?

Mhm, je dirais être capable de rayer plein de trucs d'un grand trait noir en criant, "non, ça ne va pas!"


 

En fait mon processus d'écriture consiste dans un premier temps à fabriquer une histoire dans ma tête, puis de faire un premier jet. La rédaction de ce premier jet m'amène souvent à m'apercevoir de différents problèmes dans l'histoire initiale, ce qui m'oblige à modifier cette histoire en conséquence. Mon problème a longtemps été d'accepter de modifier cette histoire que j'avais en tête à l'origine. Tant et si bien que lorsque je voyais un problème pendant ma rédaction, ça me bloquait : j'étais incapable de prendre la décision de modifier cette histoire. Probablement par vanité

Elle: Par vanité ?

L'Autre: tu veux pas dire par thé à la vanille?

Elle: Ah c'est pas bon ça !

Ah moi, j'aime bien, mais aucun rapport : quand je dis par vanité, c’est-à-dire que j'étais incapable d'accepter que l'histoire qui sortait de ma tête nécessite des modifications en profondeur.

Elle: Et pour ton roman, tu as réussi à surmonter ça ?

Mhm, pour mon roman j'ai triché : je me suis mis à l'écrire avant d'avoir eu le temps de le figer dans mon esprit...

L'Autre: ah, voilà ce que j'aime chez toi : le côté roublard !

Elle: Et il y a eu beaucoup d'histoire que tu as eu dans ta tête et que tu n'as pas réussi à écrire ?

Des tas, qui sont arrivées à des stades plus ou moins avancés. Il y en a une que j'ai essayé je ne sais pas combien de fois d'écrire, sans succès. Ça fait 15 ans que je la travaille dans ma tête...

Elle: 15 ans !

Ouais, mais la je sens qu'elle va bientôt sortir : si ça va être difficile de la modifier, en même temps j'ai de plus en plus envie de voir comment elle va évoluer en la mettant sur le papier :)

Elle: Ba fonce !

L'Autre: Et ça parle de quoi ?

Alors pour répondre à ta question : c'est un gamin qui se réveille amnésique dans le lit d'une adolescente prostituée,

L'Autre : Oula, ça promet

et petit à petit il va s'apercevoir qu'il a un grand pouvoir

Elle: Un lien avec le fameux Pouvoir de l'histoire inspirée par Star Wars ?

Tout à fait, en fait j'ai un peu recyclé l'histoire de la semaine dernière pour en faire cette présente histoire. Le seul truc c'est qu'entre temps, la vision que j'avais du Pouvoir a un peu évolué... À l'époque, ça ressemblait beaucoup à la Force. À présent, le Pouvoir a une assise plus scientifique : un vague truc qui a à voir avec les nanotechnologies. En fait, potentiellement leur pouvoir est assez similaire aux pouvoirs de Max dans la série Roswell, c'est à dire le pouvoir de modifier la matière à l'échelle atomique. Bref, tu as raison Elle, c'est une histoire que j'ai bien l'intention d'écrire, après ma série. En fait, à la base le roman que j'ai écrit, était un entraînement pour cette fameuse histoire...

Elle: Et ton roman, tu nous en as jamais parlé ici, de quoi il parle ?

Ah, c'est vrai que je vous en ai jamais parlé... Bon attendez voici le synopsis :

Au début, tout ce que je voulais c'était étudier le latin, le grec et coucher avec ma condisciple, bombasse polonaise de son état ; et puis, j'ai été emmené dans un monde parallèle où j'ai appris que j'étais le dieu créateur de l'Univers (ou plutôt, devrais-je dire du multivers). Statut enviable ? Ma foi, je suppose que si je maîtrisais mes pouvoirs et que Zeus ne voulait pas me faire la peau, ce serait pas trop mal... mais pour le moment, je vais pas vous mentir, c'est la galère...

Elle: euh ça à l'air...

L'Autre: chelou

Oui peut être un peu, c'est assez humoristique en fait, ce qui ne m'empêche pas de parler de trucs sérieux.

Elle : J'aime pas trop le passage sur la bombasse polonaise...

Ouais, moi non plus, mais ça correspond bien au personnage tel qu'il est au début du roman : il manque de subtilité. Par la suite, il va gagner en maturité.

Elle : Ah c'est un peu un récit initiatique en fait ?

Tout à fait, en fait j'ai voulu mélanger shonen et conte philosophique

L'Autre : T'as des idées des fois, bientôt tu nous diras que tu as essayé de créer une méthode de langue pornographique... Euh... Ne me dis pas que...

Et si...

Elle: Et à quand la publication ?

L'Autre : De la méthode de langue ?

Elle : Non, du roman

Ba de deux choses l'une : soit un maison d'édition me répond positivement, et c'est partit, soit je décide de l'auto éditer, mais en ce cas il faudrait que je puisse toucher plus de personnes que ceux que je touche actuellement. Par ailleurs, il y a un passage au début de l'histoire qui ne va pas : je vais un peu vite en besogne et on se retrouve un peu perdu. Il faudrait que je trouve un moyen de mieux aborder ce passage, mais je l'ai pas encore trouvé. Bref, quelques petits pépins quoi...

Elle: Et tu t'es inspiré de quelles histoires pour ce roman ?

Mhm, au départ, je voulais juste réécrire ma propre histoire de l'époque où j'étais en première année de fac, et puis, de fil en aiguille j'ai recyclé une vieille histoire que j'avais inventé en première. C'était un scénario dans lequel un lycéen découvre qu'il est Dieu. J'avais écrit le début mais j'avais abandonné après quelques scènes

Elle: Tu voulais aussi en faire un film ?

Oui pendant mes années de fin du collège / début du lycée, je voulais être scénariste de cinéma (et de BD aussi, je vous parlerai de ça à l'occasion). Le problème c'est que ça m'aurait imposé de travailler avec d'autres personnes, et je crois que je préfère la liberté de l'écrivain qui produit presque tout lui-même (même s'il a souvent des échanges parfois musclé avec son éditeur, quand éditeur il y a)...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/36

Haut de page