Post n°34 Friday bloody friday

Où ça parle de tragiques évènements, de peur, de colère, de haine et d'amour...

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0d/Grandes_Armes_de_Paris.svg/800px-Grandes_Armes_de_Paris.svg.png

À la base, je voulais continuer à raconter mon épopée informatique, mon post était écrit, il attendait juste la mise en page pour être posté. Et puis il y a eu les événements du 13 novembre, ce fameux vendredi rouge, et je ne pouvais pas ne pas parler de ça...

L'Autre: allez encore quelqu'un qui a des trucs à dire à ce sujet, tu vas nous faire quoi, nous sortir des grands discours va-t-en guerre ? Ou une analyse géopolitique de la Syrie? Ou attends, tu vas nous sortir un truc du genre : fluctuat nec mergitur, la république est à genou mais elle se relèvera encore et encore ?

Euh... Ba je sais pas trop en fait, je me suis juste dit qu'il fallait que j'en parle juste pour marquer le coup.

L'Autre: Pour marquer le coup ! Mais fait arrêter le délire, plus on en parle plus ça fait le jeu des terroristes...

 

Elle: euh, tu nous expliques?

 

L'Autre: ba si on fait genre qu'on n'en à rien à foutre, que ça nous touche pas, ils vont peut-être commencer à se dire que les attentats ne sont pas très efficaces. Alors que plus on en parle, plus on analyse le truc, plus on va faire des manifestations, plus ils se diront que ça marche ! Quand même, ils doivent bien se marrer : 130 morts et tout un pays est traumatisé pour longtemps !

 

Elle: Donc tu voudrais qu'on abandonne notre humanité pour ne pas leur faire plaisir?

 

L'Autre: J'ai pas dit ça

 

Elle: Ouais mais c'est ce que tu sous-entends en disant qu'on doit ne rien en avoir à foutre : des gamins se font assassiner sauvagement alors qu'ils étaient en train de s'amuser. Encore, s'ils avaient pu se défendre, mais non, ils ont été attaqués en lâche par derrière. Des gens étaient en train de boire un verre, c'était peut-être leur seul bon moment de la journée, un moment pour oublier les tracas de la vie quotidienne et PAM, ils se font assassiner. Tu te rends compte, peut être que ces gens ils avaient des rêves, des personnes qu'ils aimaient et qui les aimaient, tiens comme ce mec là :



"Vous n'aurez pas ma haine" - C à vous - 17/11/2015

 

Elle : Toutes ces histoires volées et tu voudrais qu'on en ait rien foutre sous prétexte que ça ferait chier les terroristes ? En gros tu veux répondre à des actes inhumains par un comportement inhumain !
L'Autre: Pour combattre l'inhumain il faut parfois pouvoir abandonner sa propre humanité...

Euh c'est pas de toi ça !

 

L'Autre:  Non ça vient de l'Attaque des Titans

Ouais sauf que justement l'un des buts du manga c'est de dénoncer ça...

 

L'Autre: Tu crois ?

Enfin plutôt de faire réfléchir sur cette question. Et je pense que plus le manga avancera plus on s'apercevra que justement, si en combattant l'inhumain on devient nous-même inhumain, on ne résout rien, bien au contraire... Pour revenir à ces terroristes peut être que la meilleure des réponses c'est plus d'humanité... Bref c'est défendre les valeurs de la République.

 

L'Autre: Et leur envoyer des bombes sur la tête... Tiens d'ailleurs c'est rigolo mais on fait comme si on était des victimes de leur haine alors qu'en fait, c'est peut-être parce qu’on leur envoie des bombes sur la tête qu'ils se vengent...

 

Elle: En même temps on n'allait pas les laisser massacrer les Yézidis sans rien faire !

 

L'Autre: Je dis pas que c'est mal d'envoyer des bombes ou de faire la guerre. Après tout on était bien content que les Américains fassent la guerre en 42. Je dis juste qu'il faut pas faire comme si on n'avait pas un minimum de prix à payer : on fait la guerre, l'état assiégé se défend...

Ouais sauf que nous, on n'attaque pas les civils...

 

L'Autre: Ba voyons, comme si une bombe faisait la différence entre un militaire et un civil!

Ouais mais notre intention n'est pas de tuer des civils, contrairement à eux!

 

L'Autre: Ouais pas faux mais bon, faut pas faire comme si de rien n'était... Bon pour en revenir au sujet, c'est quoi que t'appelle plus d'humanité ?

Je ne sais pas, faire preuve de compassion vis-à-vis des victimes

 

L'Autre: pleurer les morts, en faire des monuments, des minutes de silence ?

Déjà, c'est un début... Et puis ne pas se replier dans la recherche d'un bouc émissaire

 

L'Autre : Genre les musulmans.

Par exemple, ou les immigrés... Et puis continuer à défendre ses valeurs coûte que coûte et ne pas sombrer dans la pure haine. Ça c'est très important, si on est dominé par la haine, on ne vaudra pas mieux qu'eux.

 

Elle: Et la peur dans tout ça ? Est-ce que d'avoir peur, c'est pas aller dans le sens des terroristes ? Car c'est ça qu'ils cherchent : nous faire peur!

D'où le nom de terroriste...

 

L'Autre: Franchement moi la peur c'est même pas la peine, je refuse d'avoir peur. Après tous on à plus de chance de mourir de la canicule que d'un attentat !

 

Elle: En même temps, même si c'est vrai, c'est pas facile de décider de ne pas avoir peur !

Peut-être qu'il serait plus judicieux de ne pas se laisser dominé par la peur. Où de refuser de céder à sa propre peur, dans la mesure du possible

 

Elle : Et comment on fait ?

On fait comme avant : on continue à sortir, à faire la fête, à aller en terrasse, à prendre les mêmes transports en commun. Même si on a peur il faut essayer de se forcer, ne serait ce que pour la fierté de dire : nous ne nous laisserons pas dicter nos actes par un quelconque terroriste ! Et puis on n'abandonne pas nos valeurs sous prétexte qu'on a peur !

 

L'Autre : Tu penses aux nouvelles lois proposées par nos gouvernants ?

Tout à fait !

 

Prof : Puis-je intervenir ?

Oui ?

 

Prof : Voilà, je me suis permis de faire quelque petits calculs sur le risque de mourir à un concert pour cause d'attentat. Si on prend le nombre de mort vendredi et qu'on le divise par l'ensemble des spectateurs en 2015 à un concert en Île-de-France...

 

Elle : Ouais ça va ça va, épargne nous tes calculs macabres.

 

Prof : Ah ça ne vous intéresse pas, j'ai aussi calculé la probabilité qu'on avait de mourir à ce fameux concert. Alors, sur les 1500 spectateurs...

 

Elle: Ta gueule !

 

Prof : Mais....

 

Elle: Silence !

 

L'Autre : Ah ba voilà, tu l'as vexé, il est parti...

 

Elle: Ouais, m'est égal. En fait moi ce qui me fait surtout flipper, c'est que ça peut venir à n'importe quel moment des l'instant ou je sors de chez moi, que c'est imprévisible quoi... Mais tu as raison, c'est pratiquement impossible que ça me tombe dessus, je vais essayer de ne pas écouter ma peur, et de continuer à vivre comme avant. Tiens d'ailleurs ça me rappelle une chanson de Debout sur le Zinc:



09-debout sur le zinc-prudence par otsomotsimbiobeyvesthierry

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/39

Haut de page