Post n°43 Dys machin-chose

Où Fiamoa nous parle un peu de son enfance, l'Autre évoque une vieille série ado des années 90, Elle utilise un mot compliqué et où l'on n'apprend pas que si Albertine est si forte, c'est parcequ'elle vient d'ailleurs...

calligraphie.png

Vendredi 14 mars 1997

L'instit : Alors j'ai corrigé vos dictées, c'est pas mal...

[L'instit distribue les dictée à chaque élève]

L'Instit : Fiamoa ?

Oui ?

L'instit : 0

Encore ?!

Quelques jours plus tard

L'nstit : Alors sur votre tableau vous pouvez voir la note correspondant à la distance à laquelle vous avez lancé votre poids. Vous le recopiez et on passe à autre chose ! Les élèves : Oui Monsieur L'instit : Fiamoa tu recopies pas ?

Ça sert à rien

L'instit : Pourquoi donc ?

J'ai eu 0...
 

Elle : Tu repenses à de vieux souvenirs ?

Ouais, un peu

Elle : Tu n'étais pas très bon élève ?

Oh, j'étais plutôt bon élève, sans trop me fatiguer, mais en primaire, il y avait deux matières où je n'avais pas de bonnes notes, c'était les dictées, et le sport. Les moments les plus humiliants pour moi c'était quand il fallait choisir des équipes en sport : les chefs d'équipe appelaient chacun leur tour une personne pour faire partie de leur équipe. La logique voulant qu'on appelle d'abord les meilleurs éléments en premier et les moins bons en dernier, j'étais systématiquement le dernier à être appelé ou, en d'autres termes, le boulet qu'on ne voulait pas avoir dans son équipe

Elle : C'est marrant, moi aussi j'étais toujours la dernière.

Et toi l'Autre ?

L'Autre : Non, moi j'étais chef d'équipe :)

T'as bien de la chance... Moi j'étais jaloux des chefs d'équipe : je les trouvais tellement populaires !

L'Autre : Ah ouais ? C'est rigolo... Je me rappelle dans mon école il y en avait un qui était aussi toujours le dernier qu'on choisissait. Il était gentil mais bon, il nous faisait tout le temps perdre ! Au foot, il se faisait chiper systématiquement la balle, et il était incapable de marquer un point !

Ba voilà, c'était comme moi quoi...

L'Autre : Par contre, lui il était bon en dictée...

Ah non, pas moi...

Elle : C'est curieux, que ce soit les deux seules matières où tu étais mauvais...

Pourquoi ?

Elle : Ba a priori ça n'a rien à voir... Et les math, t'étais comment ?

Plutôt doué !

Elle : Mhm, et le dessin ?
L'Autre : Ça y est, elle fait sa psy...

Je ne me rappelle pas avoir été noté sur le dessin, enfin on avait des notes de peintures ou des trucs comme ça, mais le dessin en lui-même, je ne me rappelle pas...

Elle : Mais il t’arrivait de dessiner ?

Ouais

Elle : Et c'était comment ?

Mhm, ma mère disait que c'était très bien...

Elle : Et toi tu trouvais ça comment ?

Moi je trouvais ça pas mal... mais...

Elle : Oui ?

Une fois j'avais ramené à la récré certains de mes dessins

Elle : Et ?

Je crois qu'on s'était un peu moqué de moi, mais je n'en suis pas sûr...

Elle : Je vois...
L'Autre : Tu vois quoi ? Je comprends pas le rapport entre le sport, le dessin, et les dictées...
Elle : Oui, le rapport est pas évident, mais j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer un élève avec les mêmes problèmes.  Comment était ton écriture ?

Comment ça ?

Elle : En ce qui concerne ta calligraphie, tu écrivais bien ou mal ?

Ah non, j'écrivais très mal !

Elle : Au point que ça gène ta relecture ?

Je détestais me relire !

Elle : C'est bien ce que je pensais...
L'Autre : Euh c’est-à-dire ?
Elle : Bon, il faudrait consultation, mais je pense que tu dois souffrir d'une légère dyspraxie, je me trompe ?

Je pense que tu vois juste, bien que ça n'ait jamais été diagnostiqué

Elle : Tu avais des bonnes notes par ailleurs ?

Ouais

Elle : Ba voilà
L'Autre : Euh, la dyspraxie ?
Prof : Je peux ?
Elle : Vas y
Prof : Alors la dyspraxie, de grec praksein, « faire » et dus « difficulté », désigne un trouble qui consiste à avoir de la difficulté à faire certains mouvements
L'Autre : Ah... Mhm, du coup pour le football, tu avais du mal à faire des mouvements genre dribble, contrôle du ballon, etc ?

Oui

L'Autre : Et pour le dessin ou l'écriture, t'étais pas bon parce que ça demande une certaine habileté des mains ?

Voilà

L'Autre : Mais la dictée ?
Elle : En fait, le problème des enfants dyspraxique c'est que lorsqu'ils écrivent, toute leur attention est porté sur le fait de bien tracer les lettres, et ils ne peuvent donc pas penser à la fois à la calligraphie et à l'orthographe, surtout dans le cadre d'une dictée, où on doit écrire suffisamment vite pour ne pas être à la traîne...
L'Autre : Ouais mais il peut se relire...
Elle : Alors, justement la relecture pose problème : déjà comme leur calligraphie n'est pas très bonne, les enfants dyspraxiques ont beaucoup de mal à se relire, ensuite, le fait d'écrire est un processus assez fatiguant pour ce genre de l'élève, ce qui fait qu'ils n'ont pas forcément toute leur attention lorsqu'il faut se relire. Enfin, chez certains élèves, il y a une difficulté à focaliser leur regard sur un point précis, ce qui fait qu'ils ne voient pas les fautes.
L'Autre : Ah, ouais... Du coup s'il y a ce problème de regard, il devrait y avoir beaucoup de fautes dites d'inattention ?
Elle : C’est-à-dire ?
L'Autre : Ba je pense en math, par exemple, ou tu fais des erreurs tout con, pas parce que tu connais pas la règle, mais juste parce que t'as oublié de recopier un élément d'une ligne sur l'autre
Elle : Oui c'est possible, surtout si c'est un devoir où l'élève est pressé. Ça t'arrivait Fiamoa ?

Au collège ouais, et en seconde, c'est une des raisons pour laquelle j'ai fait L : j'étais tellement frustré d'avoir des notes moyennes pour des erreurs à la con comme ça !

Elle : Voilà où ça peut mener lorsque ce genre de problème n'est pas décelé : une stratégie d'évitement. C’est-à-dire que l'élève va essayer, d'une manière ou d'une autre d'éviter un exercice pour lequel il éprouve des difficultés...
L'Autre : Ah ouais comme dans Hartley Coeur à Vif : Drazic est dyslexique et il a beaucoup de mal à lire, du coup quand on lui demande de lire, il fait le pitre pour pas qu'on s'en aperçoive (c'est à partir de 3m39s).
 

Elle : Voilà... Il y a aussi un autre chose que l'élève peut faire
L'Autre : Ah ouais ?
Elle : Se persuader qu'il est bon à rien, ou que c'est un cancre. Si on reprend le sport par exemple, l'élève dyspraxique peut être aussi mauvais dans des sports qui ne demandent pas une grande coordination moteur, comme l'endurance par exemple.
L'Autre : Comment t'expliques cela ?
Elle : Et bien l'élève qui est mauvais pour certains sports demandant une bonne coordination risque d'en déduire que c'est parce qu’il a une mauvaise condition physique, et que donc il est mauvais pour tout les sports. Dès lors, il risque de développer un certain désintérêt pour cette discipline : il n'essaiera pas de donner le meilleur de lui même, et aura des mauvaises notes.
L'Autre : Et du coup, on peut faire quoi pour éviter ça ?
Elle : Dépister ce trouble le plus tôt possible... Si on s'aperçoit que l'élève à ce handicap, on peut essayer de le faire travailler spécifiquement dessus. Du reste, si l'élève est au courant, il comprendra que s'il ne réussit pas dans certaines choses, ce n'est parce qu'il est mauvais élève ou bon à rien, mais juste parce qu’il souffre d'un handicap.
L'Autre : Et pourquoi on n'a pas détecté ça chez toi Fiamoa ?

Mhm, déjà à l'époque, les équipes enseignantes étaient moins bien formées la dessus, il y avait moins de prévention etc. Et puis bon, je compensais en ayant des bonnes notes, du coup, il n'y a pas eu lieu de s'inquiéter. Surtout que, contrairement à certains dyspraxiques qui n'arrivent pas à s'habiller tout seul, mon handicap est léger. Et puis, comme j'avais fait un peu de danse et beaucoup de théâtre, globalement, je maîtrisais assez bien mes gestes dans la vie de tous les jours...

Elle : Et si ça avait été diagnostiqué et que tu avais su que ton problème « d’inattention » en math était dû à ça, est ce que tu aurais poursuivi les études de cette matière ?

Mhm, je ne sais pas... dans le fond j'adorais les math, mais je me censurai à cause de ça... Vas savoir

L'Autre : Et ta ceinture noire que tu as eu au bout de la 6e fois, tu penses que c'est dû à ton problème moteur ?

À n'en pas douter mais bon, comme quoi à force de travail, il est possible de surmonter ses handicaps !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/48

Haut de page