Post n°47 On vaut mieux que ça

maxresdefault.jpg

Pas contents, pas contents, pas contents

Elle : Un problème ?

Pas contents, désolé je reviens d'une manif...

Elle : Une manif contre quoi ?

Ba, la réforme du travail

Elle : Ah oui, ça. Ça s'est bien passé ?

Ba j'y étais avec Rihanna, on n'est pas rester longtemps, déjà parce que j'avais le dos en compote, et puis ensuite, comme il y avait des fumigènes et qu'on savait pas trop si c'était bon pour le bébé, on a préféré pas y rester. Mais au moins, on a faitacte de présence... Je t'avoue que je suis pas hyper fan de l'ambiance des manifs en général (bruit + clope, tout ce que j'aime:s), mais j'y vais régulièrement quand je suis pas content...

Elle : Et c'est quoi le but de cette réforme

Ba c'est plus ou moins pour booster la sacro sainte croissance

Elle : Et c'est pas bien ?

En théorie oui c'est bien, car la croissance est génératrice d'emploi, le problème c'est que pour arriver à ça, ils veulent baisser la qualité de vie du travailleur

Elle : Ah bon, comment ça ?

Ba, globalement je vois deux points : le premier, consiste à baisser le salaire des travailleurs

Elle : Ils font ça ?
L'Autre : Eux, où est ce que tu vois ça ?

Ba en gros ils veulent permettre aux entreprises de payer moins cher les heures sup., ainsi d'une majoration de 25 % minimum, on passerait à une majoration à 10 % (en cas d'accord d'entreprise, je reviendrai dessus tout à l'heure). En gros, si vous gagner 9€ brut de l'heure, au lieu de gagner 11Euros par heure sup (9+9x25/100), ce sera plus que 9,9€ (9+9x10/100), ce qui globalement, reviendrait donc à baisser le salaire du travailleur

Elle : Et pourquoi ils veulent faire ça ?

Ba, cela permettrait aux entreprises de produire autant pour moins cher, de manière à pouvoir être plus compétitives, et donc à générer plus d'argent pour pouvoir se développer

Elle : Et le deuxième ?

Le deuxième point permettrait au chef d'entreprise de pouvoir, en cas de problème, licencier plus facilement. Cela lui permettrait de prendre plus de risques : car, en cas de problème, il sera plus facile de réagir (comprenez : lâcher du lest). Or, c'est en prenant des risques qu'une entreprise peut se développer.

L'Autre : Bon, mais est ce que du coup ça ne va pas favoriser l'emploi ? Car un entrepreneur qui économise de l'argent en termes de production peut réinvestir cet argent pour employer quelqu'un d'autre, surtout qu'en plus, si ça ne va pas avec ce nouvel employé, il peut toujours s'en débarrasser sans trop se prendre la tête ?

Oui, vu sous cet angle c'est cool, sauf que rien ne dit que l'argent sera réinvesti pour embaucher un nouveau salarié : d'après une récente étude du Conseil d'Analyse Economique (avril 2015), « il n’y a pas de corrélation démontrée entre le niveau de protection de l’emploi et le taux de chômage » : en gros, si la flexibilité, ou son absence, joue sur le métier de l'emploi, ça n'est pas spécialement visible... Par ailleurs, la flexibilité à un gros défaut : c'est que même si, potentiellement, il peut faire baisser le chômage, il continue à creuser des inégalités. Et finalement, c'est la dessus que ça achoppe : la majorité qui subit les inégalités en à marre de se faire baiser tout le temps, et elle aimerait des lois qui permettent non pas de creuser mais de réduire les inégalités

L'Autre : Entre les patrons et les salariés ?

D'une part mais surtout entre les salariés eux-mêmes. Je vais te raconter une histoire vraie. Dernièrement, un chef d’entreprise de la Silicon Valley a décidé que tous ses salariés seraient payé autant : que ce soit l'employé, le cadre, ou le patron..

L'Autre : Cool ! Et qu'est ce qui s'est passé ?

Les cadres se sont barrés : leur revenus étaient devenus inférieur à ce qu'ils avaient dans l'entreprise d'à côté...

L'Autre : Du coup ça s'est cassé la margoulette ?

Oui, je suppose, ou alors il a dû changer les salaires à nouveau

L'Autre : Et quel rapport avec la choucroute ?

Ba que dans l'entreprise il y a des gens qui ont du pouvoir : qui peuvent mettre pression sur l’entreprise pour être payé davantage, et ceux qui ne peuvent pas le faire : jamais on a vu des ouvriers menacer de partir parce qu’ils en avaient marre d'être au SMIC

Elle : Et comment t'expliques ça ?

L'offre et la demande : si dans un secteur il y a plus d'offre d'emploi que de demandeur d'emploi, alors le demandeur d'emploi tient les couilles de l'employeur : c'est lui qui fixe les prix et ses conditions de travail : si l'entrepreneur ne veut pas de lui, c'est pas grave, le concurrent sera très content de sa présence. En revanche, celui qui travaille dans un secteur où il y a moins d'offre que de demandeur sera obligé d'accepter tout ce que le patron lui dit, sans ça, il pourra être remplacé sans problème par quelqu'un qui est plus capable de se sacrifier. Et c'est exactement le problème de cette entreprise : ceux qui tenaient les couilles du patron pouvait faire pression pour ne pas être comme ceux dont on tenait les couilles. C'est aussi simple que ça et c'est résumé par ces deux dessins que je vous ai fait :)

travailleurs_et_employeurs2.jpgtravailleurs_et_employeurs1.jpg

L'Autre : Et donc par rapport à cette loi ?

Ba c'est simple : en fait la baisse de qualité du travailleur n'est pas ancré dans la réforme du code du travail : en fait il n'est valable que dans le cadre d'un accord entre l'entreprise et les salariés. En gros, si l'entreprise va mal, patron et salariés peuvent décider de baisser la qualité de vie du travailleur pour éviter à la boite de couler.

L'Autre : Ba du coup, c'est pas si mal...

Oui, sauf que si l'entreprise tient les couilles du travailleur, le travailleur fera ce qu'on lui demande, parce qu’il sait que si sa boite coule, il aura du mal à retrouver un boulot. En revanche les travailleurs qui tiennent les couilles du patron peut refuser sans problème : il retrouvera un boulot mieux rémunéré plus facilement. Bref comme le disent les Economistes Atterrés : cette loi part du principe que patronat et travailleurs ne sont pas sur un rapport de subordination : ce qui est faux, dans un secteur où il y a plus de travailleurs que d'emplois, le salarié est subordonné au patron. En gros, ça augmente les inégalités entre travailleurs excédentaires et déficitaires

L'Autre : oui mais si cette loi permet de retrouver la croissance, le nombre de poste va augmenter... : du coup le travailleur sera davantage en situation de négocier...

Même si ça faisait bouger les lignes, je ne crois absolument pas que ça serait suffisant pour retrouver une situation de plein emploi telle qu'il y avait pendant les trente glorieuses, où là, dans n’importe quel secteur, il y avait plus d'offres d'emploi que de demandeurs.
Donc voilà,pour conclure sur la réforme du travail, je trouve ça con quand en l'espace d'un mois on essaie de pousser le chômeur au travail avec des mesures coercitives, du genre, diminutions des allocations, et que, par ailleurs, on menace de faire baisser la qualité de vie du travailleur pauvre ! J'ai envie de dire, si on pense que les chômeurs ne veulent pas retrouver du boulot, c'est peut-être parce que le boulot qu'on leur propose c'est du caca ?
C'est marrant mais ce gouvernement, tout comme la droite avant, essaie d'opposer le petit travailleur qui galère pour joindre les deux bouts, au chômeur, forcement paresseux. Alors on crie à l'injustice, comme quoi pendant que certains triment au boulot, il y en a qui se tournent les pouces. Mais en fait, la vraie injustice ce n'est pas celle qui oppose le petit travailleur au chômeur, ou, en d'autres termes, qui oppose le pauvre au pauvre, c'est celle qui oppose le riche au pauvre ; celle qui veut que certaines personnes sont payée dix fois plus que d'autres (y compris à niveau d'étude égal, hein). C’est-à-dire qu'il y a des gens qui, en 4 ans de travail gagnent autant que d'autres en une carrière. Et encore, là, j'ai pris un rapport de 1 pour 10, mais il existe un rapport de 1 pour 100 : celui qui gagne 1,5millions d'euros à l'année gagne cent fois plus qu'un smicard : en 1 an quelqu'un peut gagner 100 ans de travail d'un autre (deux carrières et demie!) : elle est là l'injustice !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/52

Haut de page