Post n°49 Internet et majuscules

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2c/Cyrillic_letter_dotted_I_-_uppercase_and_lowercase.svg

Récemment, j’ai lu un article sur le site BigBrowser du Monde qui parlait d’une question essentielle qui agitait l'agence Associated Press,

L'Autre : C'est qui ceux là ?

Ba c'est plus ou moins une coopérative de journaliste anglosaxon. Elle est sutout connu pour son stylebook, qui est peu ou prou l'équivalent du dictionnaire de l'Académie française mais pour l'anglais, et plus particulièrement pour l'écriture journalistique : en gros l'Associated Press écrit dans son stylebook : « dorénavant ce mot on l'écrira comme ça » et l'ensemble de la profession suit cette directive.

L'Autre : Ah... et en gros c'est quoi cette question ?

Doit-on mettre une majuscule à Internet?

L’Autre: Ça a l'air passionnant...

Carrément !

Elle : Et alors, qu’est ce qu’ils en disent ?

Ils en mettent pas, mais ce qui m’intéresse ici, ce n’est pas leur décision mais la raison de leur décision. Traditionnellement, deux visions s’opposent quant à savoir s'il faut mettre une majuscule ou non. Je cite ici le site BigBrowser sus-mentionné :

ceux qui défendent le "bas-de-casse" soutiennent qu'il n'y a aucune raison qu'"internet", "web" ou "net" soient capitalisés, car l'internet que l'on utilise aujourd'hui n'est qu'une version de plusieurs internets possibles. C'est comme si, disent-ils, on mettait une majuscule à "soleil" pour dire "le Soleil se lève", alors que ce n'est pas le seul soleil de l'univers ;
ceux qui défendent la majuscule obligatoire, comme Bob Wyman, "employé de Google et expert respecté du Net", argue que pour, justement, différencier "notre Internet", le "réseau global qui a évolué de sa première version du Pentagone, l'ARPANET", des autres réseaux potentiels ou "internets génériques", il faut capitaliser. "Si vous ne le faites pas, écrit-il dans un post de blog en 2008, vous indiquez simplement que vous ne comprenez pas la distinction technique entre l'Internet et un internet". « 

Mais l’argument qui a prévalu dans le stylebook est le suivant: c’est plus rapide d’écrire sans majuscule qu’avec…

Elle: Je te sens dubitatif

En effet, c’est un peu con comme raison, je veux dire cet argument du « ça prend moins de temps » n’est pas recevable puisque n’importe quel logiciel de traitement de texte fait la correction automatique, ou, en gros, il suffit d’écrire « internet » pour que le traitement de texte le corrige en « Internet » automatiquement… Bref, c’est un argument qui ne tient pas la route!

Elle: Et les arguments traditionnels?

Je les trouve aussi cons les uns que les autres, pour l'argument concernant l'absence de majuscule, on pourrait répondre que je mets une majuscule à Pierre, pourtant il y a plein de Pierre dans l’Univers!

Elle : Comme Pierre Perret
L'Autre : Mon voisin Pierre
Cousin Roger: Ou Pierre de la série Pokemon !

Exactement, donc cet argument est problématique. De même l’argument en faveur de la majuscule n'est pas valable puisque l'argument qui veut qu'on met une majuscule pour différencier l'internet que nous utilisons d'un autre internet n'explique pas pourquoi on met pas de majuscule à télé ou à métro.

L'Autre : Quel rapport ?

Ba il y a entre l'internet et un internet exactement la même différence sémantique qu'il y a entre « le métro » qui pour un parisien désigne l'ensemble des lignes de métro parisien et « un métro » qui désigne un réseau de métro autre que celui de Paris :

« Maintenant que vous habitez dans une ville avec un métro vous allez pouvoir en profiter »

Il en va de même entre « la télé » qui désigne en France l'ensemble des chaînes de télé proposées dans le pays :

«  Il y a rien de bien à la télé ce soir »

et « une télé » qui désigne un ensemble de chaînes de télé proposées dans un autre pays que la France :

« L'Espagne a une télé indépendante »

On voit bien ici que pour différencier la télé ou le métro d'une télé ou d'un métro, ce qui compte ce n'est pas de savoir si on met une majuscule ou pas, mais uniquement de savoir si on emploie un article défini ou indéfini ! De même pour Internet : l’internet désigne celui que nous utilisons au quotidien et un internet est un réseau qui n'est pas celui que nous utilisons: la question de la majuscule n'a pas lieu d'être, ce qui compte c'est l'article !

L’Autre: Donc du coup, si aucun de ces arguments n'est valable comment on sait si on met une majuscule ou pas?

Ba quand est ce qu’on met une majuscule en français?

L’Autre: Quand c’est un nom propre!

Ba voilà, c’’est la seule question à se poser!

L’Autre: Et comment on reconnaît un nom propre? À l’odeur ?
Elle: À l’odeur?
L'Autre: Ba oui, s’il est propre, il doit sentir bon…
Elle: N’importe quoi, j’ai connu des gens qui sentaient mauvais, mais on mettait quand même une majuscule à leur prénom!

Effectivement l’argument de la propreté n’est pas valable.  Non mais je vais juste te poser une question: dans les phrases suivantes, à l’oral, comment je sais que dans un exemple le sujet de la phrase désigne une personne et dans l’autre une fleur?

« Marguerite est toute blanche »
« La marguerite est toute blanche »
L’Autre: Oh c’est dur…
Elle: Aucune idée

Vous êtes sérieux? Qu’est ce qu’il y a en plus dans la phrase deux?

Elle: L’article « la »!

À la bonne heure!  Qu’est ce qu’on peut en déduire?

Elle: Que l’article permet de faire la différence entre un  nom propre et un nom commun?

Exactement, comme dit mon maître,

Yoda : Pour accéder à la fonction sujet, un nom commun en français a besoin d’un article, alors que le nom propre n’en a pas besoin.

Ainsi en français, je ne peux pas dire « théière est cassée ». Mais je peux dire, « Brice est cassé ».

L’Autre: ah ouais et quand on dit, « la Marie, elle a quitté le village » ?

Ça t’arrive de dire ça sans l’accent paysan?

L’Autre: Euh non…

Alors peut être que c’est pas du français dit standard, mais un autre dialecte dans lequel l’argument que j’ai avancé permettant de reconnaître les noms propres n’est pas valable… Non, le seul contre-argument que l’on peut étudier c’est les noms de gentile, genre « les Anglais » : je ne peux pas dire « Anglais a débarqué » : je dois dire « l'Anglais a débarqué ». Mais est ce que ça vient annuler mon analyse? Je ne crois pas, à mes yeux, syntaxiquement parlant, les noms de gentile sont plus proche des noms commun que des noms propres. Mais à la limite cela n'a pas grande importance ici puisque ce contre exemple n'est valable que pour des noms désignant des êtres humains. Or ici c'est le mot qui nous intéresse ne désigne pas d'êtres humains.

Elle: Et donc « internet » c'est quoi?

Ba est ce qu’on dit

« Internet est le plus bel endroit du monde »

ou

« L’Internet est le plus bel endroit du monde »
Elle: Moi je dirais la... première

Donc, il s’agit nom propre. Et comme on peut le voir, ça n’a rien à voir avec le sens: ce qui nous intéresse c'est juste de savoir à quelles fonctions peut accéder le mot directement c’est-à-dire sans avoir besoin d’un article : s'il peut accéder à la fonction sujet sans article, alors c'est un nom propre.

Elle: Mais en même temps, il y a des gens qui disent “l’internet”.

Oui, effectivement, comme Klaire fait grr.

En ce cas on met pas de majuscule, et c’est tout.

Elle: C’est bizarre alors, chez certaines personnes c’est un nom propre et chez d’autres un  nom commun?!

Oui ça arrive. Les gens parlent différemment les uns des autres. Après on peut se poser la question non pas de savoir s’il faut mettre un article ou pas, les gens font bien ce qu’ils veulent, mais j’aurais tendance à dire que la majorité des gens ne mettent pas d’article. Les seuls qui le mettent, ce sont globalement les vieux qui disent « l’internet » comme ils disent « le minitel », et les personnes influencées par l’Internet anglophone dans lequel on met un article (on dit « the internet » en anglais (donc aucune raison de mettre une majuscule...)). Mais il faudrait faire des études sociologiques la dessus pour confirmer cette hypothèse

L’Autre: Ah, tu viens de mettre un article devant internet, et tu as gardé la majuscule.
Elle : Quand ça?
L’Autre: Quand il a parlé de « l’Internet anglophone »

Oui, les noms propres suivis d'un adjectif ou d'un complément du nom prennent un article. Ainsi, on dit (et on écrit donc) : la Venus d’Isle, le gentil Pierre ou la belle Shéhérazade, il en va de même pour un nom propre suivi d'une relative: « tu n’es plus le Roland que j’ai aimé ». En gros dès qu’il y a un truc en plus que le nom dans le groupe nominal, l'article vient en renfort...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/54

Haut de page