Post n°58 Princess Disney

Où Fiamoa refait des trucs de féministe en s'attaquant aux princesses Disney

princesses_disney.jpg

Récemment j'ai vu un reportage sur la représentation des filles dans la culture mainstream et de l'influence que ça peut avoir sur les jeunes filles. Étaient considérées, les poupées, les vêtements, la pub et … les films Disney. Le reportage était assez acerbe sur la manière dont était représenté les princesses chez Disney. Et effectivement, dans un premier temps je me suis dit que c'était pas très joyeux. Parallèlement à ça, est sorti au cinéma Vaïana, le dernier-né de Disney, dont l'héroïne est une fille indépendante et libre qui, par ailleurs n'a pas histoire d'amour ! Du coup, j'ai eu envie de faire des recherches sur les princesses Disney et le féminisme. Je vous préviens ça va être un peu long, j'espère que je ne vous perdrai pas trop. Si vous avez des questions, que vous voulez des éclaircissements ou que vous êtes pas d'accord, les commentaires sont là pour ça (bon, comme j'ai beaucoup de bots qui viennent spammer mes commentaires, ils sont soumis à mon approbation avant publication, donc ça peut prendre un peu de temps avant que votre commentaire ne s'affiche). Je vais ici m'attacher exclusivement aux princesses Disney « classiques d'animation », je ne prendrai pas en compte les films Pixar, et ce pour deux raisons :

  •  déjà, ils ont tendance à innover davantage que les classiques Disney sur pas mal de points;
  •  mais, surtout, il faut bien se rendre compte qu'il y a un intertexte très fort entre les différents films Disney classiques d'animation, déjà parce qu'une partie du même personnel travaille sur les films, mais aussi parce que, quand vous êtes réalisateur à Disney et que vous faite un film avec une princesse, vous savez qu'avant vous il y a eu Blanche-Neige, Cendrillon ou Mulan et vous devez prendre en compte ces films pour réaliser le vôtre. Lorsque vous travaillez chez Pixar, vous avez beaucoup moins ce poids de l'Histoire derrière vous (même si vous connaissez forcément les chefs-d’œuvre Disney).

Avant de commencer, il faut bien que je précise ce que j'entends par princesses Disney : ce sont des filles qui ont été prises en compte par la franchise princess Disney (à l'exception de Merida de Brave, qui est un film Pixar). Dans cette franchise, sont prises en compte presque toutes les princesses humaines de Disney (qui peuvent soit être princesse de naissance (comme Blanche-Neige), soit grâce au fait qu'elles se mettent en couple avec un prince (Cendrillon)), plus deux ou trois jeunes femmes qui ne sont pas princesses mais filles de chef (Vaïana) ou femme de noble (Belle). Ne sont pas comprises dedans les princesses enfants ou animaux (Nala, Féline (Bambi) ou Marianne (Robin des bois)) et certaines autres qui auraient mérité d'y être (Megara (Hercule), ou Kida (Atlantide))

Elle : Et donc, tu peux faire la liste des princesses que tu prends en compte ?

Oui, voilà, par ordre de parution (si vous cliquez sur le nom du film, vous allez tomber sur son résumé) :

Elle : Tiens, c'est marrant, on voit tout de suite que trois époques se dégagent :
- avant 1989 (3 films)
- les années 90 (+89) 4
- les années 10 (+09) 4 films mais 5 princesses)

Exactement : on pourrait imaginer découper les princesses en 3 parties historiques et voir si elles se ressemblent au sein de chaque période et si elles divergent entre les périodes. C'est ce qu'on va faire !
Et clairement on peut voir une différence entre les films antérieurs à la Petite Sirène et les autres : avant, la question du féminisme et de la liberté de la femme n'est jamais abordée. Les filles ne sont pas agentives : elles ne font que subir le sort et la seule possibilité qu'elles ont, c'est de s'enfuir. Elles rêvent au prince charmant, prince charmant qui, beau et avec le charisme d'une huître, les sauve de leur sort (Cendrillon n'est plus une souillon, Blanche Neige et Aurore se réveillent). Mais la seule libération possible de ces femmes passent par un homme.
Pour la deuxième et la troisième période, les filles

  1. sont beaucoup plus agentives;
  2.  ont des caractères bien plus prononcés. Belle ne s'en laisse pas compter par la bête, Jasmine va faire les 400 coups en dehors du palais et refuse tous les prétendants qu'on peut lui proposer, Ariel se dispute avec son père, Pocahontas se refuse à épouser le mari qu'on a choisi pour elle, Tiana ne se laisse pas marcher sur les pieds, Raiponce a plein d’humour et est vachement cool etc.;
  3. et, assez souvent, elles ont d'autres aspirations que d'épouser le prince. Cela est plus vrai dans les années 10 que dans les années 90, ainsi, Tiana veut ouvrir un restaurant, Vaïana veut sauver les siens, Elsa veut vivre libre, Raiponce veut aller à la fête des lumières et Anna, bon ,elle est très intéressée par les garçons, mais ce qu'elle veut c'est surtout faire revenir sa sœur (de même dans les années 90, Mulan et Belle veulent sauver leur père)

Commençons par regarder les films les plus féministes de ces deux périodes, et voyons ensuite si ces films sont emblématique de ces deux périodes ou au contraire, totalement différents.
Dans la deuxième période, le film le plus avancé en termes de féminisme est Mulan : l'histoire d'une fille qui se déguise en garçon pour aller faire la guerre et sauver l'empire (ouaip). Donc là, clairement, on est dans du bon gros féminisme avec une question sur ce qu'est l'identité de genre, et de trouver sa place pour l'héroïne, qui ne se reconnaît ni dans les stéréotypes du genre féminin, ni dans ceux du genre masculin. Il me semble que, dans les films anthropomorphes, c'est la première fois que ça arrive (bon si on prend en compte le roi lion, c'était déjà arrivé). Le seul truc c'est qu'à la fin tout de même, l’héroïne a une love affair avec le prince.
Enfin dans la troisième période, la plus féministe est Vaïana : l'héroïne est une fille, c'est elle qui accomplit les exploits, et elle n'a pas vraiment besoin des hommes pour faire ça. Hommes qui d’ailleurs sont pour la plupart complètement inutiles (et avec lesquels il n'y a aucune love affair!). Là, c'est clairement l'émancipation la plus totale des hommes ; indiquant bien que dorénavant les femmes prennent le pouvoir et que les hommes n'ont qu'à bien se tenir

Elle : On pourrait donc imaginer que tout comme Vaïana semble être un poil plus féministe que Mulan, les films des années 10 sont plus féministes que ceux des années 90 ?

Ba c'est assez dur à dire, et ça varie d'un film à un autre. Si on prend Raiponce par exemple, ce n'est même pas vraiment l’héroïne du film, puisque l'histoire est clairement celles du mecton : c'est lui le narrateur etc. Du reste, même si elle se bat, c'est avec une poêle et ses cheveux, on a vu plus masculin dans Mulan par exemple, où cette dernière utilise de vraies armes. De même, si on prend Anna: bon d'accord elle veut sauver sa sœur, mais l'histoire tourne quand même beaucoup plus autour de ses love affairs. Et dans le fond, elle veut surtout se marier au prince charmant, prince charmant qui bien sûr lui sauvera la vie etc (alors que dans Mulan, c'est elle qui lui sauve la vie). Et puis Tiana, bon elle gagne son émancipation juste parce que le prince tombe amoureux d'elle et finance son restaurant ! On n'est pas si loin de Cendrillon quand on y pense...

Elle : Donc les films des années 10 sont moins féministes que ceux des années 90 ?

C'est un peu plus complexe que ça en réalité, et je pense qu'il va falloir creuser davantage la question. C'est ce que je ferai dans le prochain post :)

Elle : Rha, je déteste quand tu fais ça !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/66

Haut de page