FRH 8 Hono'ura

Eh voici un nouvel épisode de Fiamoa Raconte des Histoires. Je parle cette fois de la légende de Hono'ura, qui est un géant à Tahiti. Une histoire que j'ai eu bcp de mal à travailler parceque bon, niveau source li y en a pas tellement et elles sont souvent difficiles à comprendre (notamment parcequ'il y a de nombreuses incohérences). j'ai essayé de faire au mieux pour que l'histoire soit compréhensible par des non initiés.

 

Cela me permet d'aborder une problématique que je me pose lorsque je tombe sur certaines histories qui est de savoir comment rendre intéressant et compréhensible au plus grand nombre des histoires très marquées culturellement. Ce que je veux dire c'est qu'en focntiond es cultures la manière de raconter des histories diffèrent énormément. Or moi, si je raconte une hsitorie comme le ferait, je sais pas, un Tahitien, je risque de perdre totalement mon auditoire et de ne pas réussir à l'intéresser.

Ainsi, là où nous, on cherchera du suspense et des rebondissements, dans d'autre culture cela n'aura aucune importance, et ils préféreront plutôt qu'on s'attache aux détails plutôt qu'aux actions. Ainsi dans Alladin, finalement, l'action et les événements qui pourraient contenir du suspense sont beaucoup moins mis en avant dans la version des mille et une nuits que dans la mienne. Dans celle des 1001 Nuits, en revanche on s'attache enormément à décrire la magnificience du palais ou des vêtements, ce qui, pour nous (enfin pour moi du moins ;), est un peu rébarbatif

De même, nous, on s'attachera beaucoup au fait qu'il y aie de la cohérence dans l'enchaînement des actions alros que dans d'autres cultures (par exemple en Polynésie) la recherche de la cohérence n'est pas vraiment au centre des préoccupations. De même en Mélanésie, il sera bcp plus interessant pour un Mélanésien qu'on raconte des histories ancrées dans le terrtoire qui explique quel territoire appartient à qui etc. plutôt qu'une histoire cohérente mais qui n'explique pas grand chose du monde.

Il faut dire que dans de nombreuses sociétéà tradition orale, la littérature n'a pas exactement la même fonction que dans notre société de l'écrit. Si chez nous, elle sert à divetir et, eventuellement, à faire réfléchir, dans d'autres société elle sert à enseigner, à expliquer le monde, à justifier tel ou tel état de fait ou même à témoigner dans un procès. Et il est evident qu'une histoire qui a pour but d'enseigner ne sera pas construit exactement comme une histoire dont le but est de divertir

Et puis, autre problème qui se pose c'est que certaines histoires ne sont compréhensibles que par des initiés qui connaissent la société dans laquelle a été racontée l'histoire. Ainsi, dans l'histoire de Hono'ura, à un moment après que Hono'ura aie grandit, il décide d'aller manger des bananes... Oui je sais, pourquoi des bananes? Pour nous, ça nous paraît totalement WTF mais pour un Tahitien peut être que ça aura un sens (et vraisemblablement ça à un sens, pusiqu'il s'agit d'une métaphore indiquant que par là même, les gens de l'intérieur des terre voue l'allégeance à Hono'ura). C'est peut être ce quie s tle plus dur pour moi: c'est de réussir à comprendre ce gnre d métaphore et à les expliquer si besoin sans pour autant alourdir l'histoire.

Bref tout ça pour dire que certaines histoires me posent un dur dilemne qui est de rendre certains textes interessants pour nous, sans pour autant trahir l'oeuvre originale!

 

 

 

BOn au niveau technique, rien de nouveau par rapport aux dernières vidéos.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.fiamoa.eu/dotclear/index.php?trackback/71

Haut de page